l'accidentologie au secours de la Sécu !

Publié le par oldtime

 

cycling-tdf2005-accident-44.jpeg

L'accidentologie ou la science des accidents n'a rien avoir a priori avec les questions de Sécurité sociale et pourtant si l'on réfléchit quelques instants, on peut examiner un faisceau de causalités  entre les deux domaines qui méritent approfondissement. Si dans le cas d'accidents routiers les facteurs sont multiples : techniques , environnementaux et humains : dans plus de 9O % le facteur humain a joué un rôle premier ! Bref nous causons nos propres dégats : l'hécatombe en baisse depuis quelques années était pourtant en 2003 de 6058 tués, la tranche d'âge la plus touchée étant les 15-24 ans ! En 1972, alors que tout était permis sur la route le nombre de morts atteignait  plus de 16 000 morts !

Des causes humaines, trop humaines !

les principaux facteurs d'accidents corporels sont par ordre décroissants : la vitesse, l'alcool, l'absence de casque, la ceinture et la perte de vigilance ! Tous ces causes sont humaines, trop humaines ! Les accidents mortels se déroulent le plus souvent à la campagne et de jour. Les accidents corporels sont plus urbains, aussi de jour ! Pour ce qui concerne notre sujet il faut rappeller que le coût de l'insécurité routière est évalué à 24, 2 millards d'Euros en 2003, soit deux fois le déficit de la branche maladie pour 2004 (12, 3 milliards). Les accidents corporels sont évalués comme pour le déficit de l'A.M à 12,3 millards  ! Cette comparaison peu ordinaire, nous incite à penser une politique de prévention routière drastique  qui pourrait tendre vers le" zéro défaut", à l'instar de la Suède pays qui cherche à atteindre le zéro accident. Pour l'instant la Suède roule  en tête des pays européns pour le moindre mort par million d'habitant/ accident routier.

 Il faut imaginer une politique pour tendre vers le zéro accident

Si la  France pouvait atteindre le niveau de la Suède, les morts d'accidents routiers seraient divisés par deux, ainsi que les accidents corporels et donc le coût des accidents en termes médicaux et sociaux seraient  eux aussi divisés par deux ! ( coût des services de tansport sanitaires, soins médicaux, médicaments , appareillages, convalescence, rééeducation, réinsertion, aide à domicile )...  Bref on peut évaluer à plusieurs milliards d'euros le gain pour la protection sociale d'un pays qu aurait gagné la guerre de la prévention routière ! Mais il aurait aussi gagné le combat de la vie sur la fabrique de morts en série.

Publié dans sciences humaines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article