Juliette Binoche : qu'est ce que la Côte d'Adam ?

Publié le par oldtime

 

" Elle est magnifique, je comprends que tous les hommes soient accros ..."

Une passante suffoquée devant une affiche représentant J Binoche.

La Plaine Marseille, le 10/ 10/ 05 à 8h24

 images.jpeg

Quand Juliette Binoche, la comédienne interroge  la théologienne A de Souzenelle (A de S) sur des questions religieuses, le débat  est à la hauteur des personnalités respectives.  Ces deux femmes ont vécu l'internat scolaire dès leur plus jeune âge, et ses cauchemars au sens propre comme au figuré.  A de S a   cru vivre l'expérience des enfers la nuit enfermée avec ses monstres, elle s'en est  sortie par la prière  Elle a perçu un   triangle cassé : un cerf volant , jouet brisé qu'elle analysera  plus tard comme symbole de la trinité divine ! Quant à juliette Binoche, ses cauchemars représentaient une sorcière qui la poursuivait à  proximité des cimetières.

S'en sortir par la mise en scène du jeu

Elle a vécu ces nuits comme l'expression aboutie de la terreur. Pour la comédienne la façon de se protéger fut le jeu ou la mise en scène de ses poupées ! En hébreu le mot féminin renvoie à la notion de" trou" de béance sans fond, pour ne pas blasphémer, il ne faut pas signifier de façon définitif cet abîme, ce serait tomber dans l'idolâtrie. Quant au mâle sa signification biblique renvoie à l'idée du souvenir !  Dans les deux cas l' Homme est un être de mémoire qui doit puiser des énergies dans ses insondables abîmes, bref il est à la fois féminin et masculin ! 

 La côte d'Adam comme inconscient

 Pour A de S nous sommes tous "enceints du divin" ! C'est alors que peut advenir vers plus de lumière cette idée de côte d'Adam  qui n'est pas un os, mais tout simplement l'autre côté d'Adam : ce que nous apellerions dans le langage contemporain l'inconscient ! Il ne faut donc en aucun cas mettre des voiles et cacher ses profondeurs insoupçonnées mais au contraire il nous faut dévoiler cette  part du méconnu en nous !

Le féminin de l'être = la croissance du fils de l'Homme

 La spiritualité est donc une plongée de l'humain dans ses profondeurs : " le divin en nous, la croissance du fils de l'homme en nous."  Pour la théologienne il est nécessaire de féminiser la croyance de sortir d'un cadre notamment écclésial trop marqué  par les valeurs masculines. L'avenir est alors au féminin de l'être.  Quant à la comédienne, elle raconte ensuite son expérience à la sainte Baume en Provence sur les traces de Marie Madeleine, face à "la grotte aux oeufs", elle vécu une expérience de libération peu ordinaire ! Bonne balade à la Sainte Baume ... (  A Lire Carte Blanche  à Juliette Binoche. Libération; mercredi 5 octobre Voir  aussi ses beaux dessins dans le même numéro).

Publié dans théologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article