Anselm Grün : l'échec comme source de bonheur !

Publié le par Joldtime

" C'est peut être l'expression la plus parfaite  de mon sentiment de la vie : je me recueille en moi même. Et ce moi même, cette couche  la plus profonde et la plus riche en moi, où je me recueille , je l'appelle Dieu."

Etty Hillesum

 Il n'est pas correct, ni possible de faire une apologie de l'échec, cela serait profondément amoral ou immoral, cependant l'échec fait parti des parcours de vie. Pour  le bénédictin  allemand Anselm Grün,  cette expérience tragique et douloureuse est l'occasion de renaître ou de s'ouvrir à une autre dimension que soi-même : c'est une ouverture à l'altérité suprême . Voici en résumé la pensée d'Anselm sur ce sujet en  dix exercices de survie spirituelle :

Comment s'en sortir ?

  1) Accepter l'échec comme faisant partie intégrante de la vie 2) Reconnaître que notre conception de vie était "étriqué" 3) Reconfigurer nos fragments d'existence pour être représentable, non seulement à soi, mais aussi au "tout autre" ou à celui qui est ! 4) Accepter de sortir à minima de notre propre volonté, pour entrer dans le "flux de vie !".5) Sortir de l'illusion d'un toujours mieux de bonheur !

Eviter de faire les Daltons

6) Sortir de la peur en brisant les illusions d'un idéal que l'on traînerait derrière soi comme les daltons traînent leur boulet ! 7) Renoncer à tout pouvoir acheter, en particulier le bonheur !7) Renoncer au bonheur "total" ici bas ! 8)  Croire à la puissance du retournement moral 9) Comprendre l'échec comme un moyen de se vider ou d'abandonner nos représentations pernicieuses ! 10) Renouer avec le fondement de la vie : ce qui est . C'est à dire accepter qu'il y ait en moi quelque chose de plus grand que moi !

( A lire :  Anselm Grün : "l'échec une chance"; DDB)

Publié dans théologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article