Les nourritures corporelles !

Publié le par Jvieuxtemps





Privilégier l'instinct corporel

 

La question de la nourriture a été étudiée en profondeur et en détail ; le régime qui aide les enfants dans leur croissance est généralement connu et il peut être très utile de le suivre. Mais, il est très important de se rappeler que l’instinct du corps, aussi longtemps qu’il demeure intact est plus fiable que n’importe quelle théorie. En conséquence ceux qui veulent que leur enfant se développe normalement ne devront pas le forcer à manger de la nourriture qu’il trouve détestable, car le plus souvent le corps possède un instinct sûr pour ce qui lui est préjudiciable, à moins que l’enfant soit particulièrement capricieux.


Distinguer désir et besoins


Le corps dans son état normal, c’est à dire quand il n’y a pas d’intervention de notions mentales ou d’impulsions vitales, connaît aussi très bien ce qui est bon et nécessaire pour lui ; mais pour qu’il soit efficace dans la pratique, l’on doit éduquer l’enfant avec soin et lui enseigner à faire la distinction entre ses désirs et ses besoins. Il devra être aidé à développer un goût pour la nourriture simple et saine, nourrissante et appétissante, mais exempte de toute complication inutile. Dans la nourriture de tout les jours, tout ce qui ne fait que bourrer et alourdir devra être évitée ; et surtout dessus de tout, l’on doit lui apprendre à manger selon sa faim, ni plus, ni moins et de ne pas faire de ses repas une occasion de satisfaire son avidité ou sa gloutonnerie. Dès la petite enfance, on devrait savoir que l’on mange afin de donner vigueur et santé à son corps et non pas pour les plaisirs du palais. On devrait donner de la nourriture aux enfants en fonction de leur tempérament, préparé d’une façon qui assure hygiène et propreté, qui est plaisante au goût et cependant très simple. Cette nourriture devra être choisie et proportionnée en accord avec l’âge de l’enfant et ses activités régulières. Il devra contenir tous les éléments chimiques et dynamiques nécessaires à son développement et la croissance équilibrée de chaque partie de son corps.


Ne pas punir avec la nourriture


Puisque que l’on ne donnera à l’enfant que la nourriture qui l’aide à se maintenir en bonne santé et lui fournira l’énergie dont il a besoin, l’on doit être très précautionneux à ne pas utiliser la nourriture comme moyen de coercition et de punition. La pratique de dire à un enfant "  tu n’as pas été sage, tu n’auras pas de dessert "   etc … est des plus pernicieux. De cette façon vous créez dans sa petite conscience l’impression que la nourriture lui est donnée essentiellement pour satisfaire son avidité et non parce qu’elle est indispensable au juste fonctionnement de son corps.

 

  L’importance du sommeil

 

Un enfant, quelques soient ses activités devrait avoir un nombre suffisant d’heures de sommeil. Le nombre variera en fonction de son âge. Au berceau, le temps de sommeil du bébé sera plus long que son temps d éveil. Le nombre d’heures de sommeil diminuera alors que l’enfant grandit. Mais jusqu’à la maturité il ne devrait pas dormir moins de huit heures, dans un endroit tranquille, et bien ventilé. L’enfant ne devra pas veiller tard sans une bonne raison. Les heures avant minuit sont les meilleures pour le repos des nerfs. Même durant les heures d’éveil, la relaxation est indispensable pour tous ceux qui veulent maintenir leur équilibre nerveux. Savoir comment relaxer les muscles et les nerfs est un art qui devra être enseigné aux enfants dès le plus jeune âge. Il y a beaucoup de parents qui au contraire poussent leur enfant à une activité constante. Quand l’enfant reste tranquille, ils l’imaginent malade. Il y a même des parents qui ont la mauvaise habitude de faire faire à leur enfant les travaux ménagers au dépend de son repos et de sa relaxation. Il n’y a rien de pire pour un système nerveux en développement que de soutenir la tension d’un effort trop continu ou d’une activité qui est imposée et qui n’est pas librement choisie.


Est-il juste de demander un service à un enfant ?

 Au risque d’aller à l’encontre de beaucoup d’idées couramment admises et de contrarier beaucoup de préjugés, je soutiens qu’il n’est pas juste de demander un service à un enfant, comme s’il était de son devoir de servir ses parents. Le contraire serait plus vrai. Et, certainement il est naturel que les parents servent leur enfant ou au moins prennent grand soin de lui. C’est seulement si un enfant choisi librement de travailler pour sa famille et fait ce travail comme un jeu que la chose est admissible. Et même dans ce cas, on doit être attentif à ce que cela ne diminue en aucun cas les heures de repos qui sont absolument indispensables pour que son corps fonctionne correctement.

 

Q : Quelques fois, Mère, quand les enfants sont intéressés par quelque chose, ils ne veulent pas aller au lit, aussi que doit-on faire ? Quelques minutes plus tôt ils disaient avoir sommeil et ensuite ils commencent à jouer et disent qu’ils ne veulent pas aller au lit.

Dormir plutôt que jouer

 

L’on ne devrait pas leur permettre de jouer quand ils ont sommeil. C’est exactement l’intrusion de mouvements vitaux. Un enfant qui ne vit pas beaucoup avec des personnes plus âgées ( C’est mauvais pour les enfants de trop vivre avec des personnes plus âgées), un enfant laissé à lui même dormira spontanément au moment où il a besoin de dormir, quoi qu’il puisse faire. Seulement quand les enfants sont habitués à vivre avec des personnes plus âgées, alors ils attrapent toutes les habitudes des plus grands. Plus spécialement quand, on leur dit : " Oh, tu ne peux pas faire ceci parce que tu es jeune ! Quand tu seras plus grand, tu pourras le faire. Tu ne peux pas manger ceci parce que tu es petit, quand tu seras plus grand tu pourras le faire. Maintenant tu dois aller au lit, parce que tu es jeune … " Aussi naturellement, ils ont cette idée qu’ils doivent grandir à n’importe quel prix ou au moins avoir l’air d’être grand !

 

 

 Mira Alfassa : "Mère".

 

 

 

 

 

 

Publié dans sciences humaines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article