Méthode globale : le lieu du ban

Publié le par oldtime

L'Education nationale a pour vocation d'élever les enfants , de les faire grandir notamment par l'apprentissage des savoirs fondamentaux que sont la lecture, l'écriture et l'art de compter. Le budget de l'Education nationale  en France est supérieur à l'impôt sur le revenu !  Plus de 7 % de la richesse nationale est consacrée à   L'Education de nos enfants. Une richesse sans commune mesure avec la plupart des autres pays dans le monde. Et pourtant les résultats ne sont pas à la hauteur de l'espérance.  Les statistiques parlent avec violence : 15 à 20 % des élèves qui rentrent en sixième ne savent pas lire (40 à 50 % dans certains collèges).

Survivre ou manipuler des signes

Ces chiffres ont des conséquences incalculables sur  l'ensemble de la société où la survie dépend pour l'essentiel de cette capacité à manipuler des signes, donc des lettres , des syllabes , des phrases ! La transmission est alors bien évidemment en crise puique une part de la population ne sait pas lire ... L'autorité n'en parlons,  pas est une idée qui ne peut pas prendre place dans une culture sans signe ! On n'apprend plus, on ne discute plus : on brûle du désir d'agir , mais dans la confusion  la  plus totale .Pour éviter cela il aurait fallu comme la plupart des voisins européens commencer par le BA BA de la lecture , les syllabes dans un premier temps doivent  être entendues  et enregistrées par les enfants avant de se lancer dans la compréhension et la lecture de phrase complexe. C'est l'inverse qui a été fait pendant de nombreuse années. Les instituteurs qui ne suivaient pas cette méthode globale pouvaient être blamés par leur institution !

  Lire redeviendrait la norme !

Aujourd'hui ils seront dans la norme lorsqu'ils suivront une méthode à départ syllabique . Voilà comment une mode d'enseignement a  pu participer à condamner des générations de jeunes à devenir illettrés sinon analphabètes. Les enfants les plus fragiles ont trinqué : 20 % des enfants. Les classes les plus défavorisés ont été les plus atteintes  : ils ont  moins de moyens sociaux et culturels pour suivre leurs enfants, d'autant plus qu'en CP les devoirs à la maison sont normalement interdits. Seuls quelques valeureux parents auront bravé cet interdit dans un  lourd secret. Les orthophonistes qui n'ont pas envahi les banlieues, mais les quartiers plus convenables n'ont pas toujours pu redresser le mal  à la hauteur des dégâts et remettre  tous les enfants dans le droit chemin du phonème grâce à la méthode dite syllabique . Les banlieues s'enflamment faute de grammaire acquise, les expressions s'envolent dans le bruit et la fureur amputées d'assise lexicale et verbale interdite, faute d'être assimilée ! il était grand temps de redonner les meilleures chances au plus grand nombre d'élèves d'apprendre à lire dans les meilleures conditions afin de donner à la texture du monde une consistance permettant aux nouvelles  générations de prendre un envol moins précaire ...

Publié dans sciences humaines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article