L’éducation commence avant la naissance !

Publié le par Joldtime

"Le simple sentiment d'exister m'est une extase "

E. Dickinson

Faut-il mettre des enfants au monde comme des lapins ?

Parler " enfants " avec des femmes japonaises est me semble t’il aborder leur sujet le plus cher et le plus sacré. En fait, dans aucun autre pays du monde, les enfants ont pris une telle importance, une place aussi primordiale. Ils sont ici, au centre des soins et de l’attention. Les espoirs du futur sont concentrés (avec raison) sur eux. Ils sont la promesse vivante de la prospérité croissante du pays. De ce fait le travail le plus important demandé aux femmes japonaises est de faire des enfants. On considère que le rôle principal de la femme est la maternité. Mais cela a un sens, seulement si l’on comprend ce que veut dire le mot maternité. Car mettre des enfants au monde comme des lapins font leur petit, de manière instinctive, ignorante comme une machine, ce n’est certainement pas ce que l’on peut appeler la maternité ! La vraie maternité commence en étant conscient dès la conception d’un être, en ayant la volonté de façonner une âme qui vient se développer en utilisant un corps nouveau. Le vrai domaine des femmes est la spiritualité. Nous ne l’oublions que trop souvent.

Porter un enfant et construire son corps presque inconsciemment n’est pas suffisant. Le travail commence réellement lorsque par le pouvoir de la pensée et de la volonté, nous concevons et créons une personnalité capable de manifester un idéal.

Et ne me dites pas que nous n’avons pas le pouvoir de réaliser une telle chose. Des exemples innombrables de ce pouvoir très efficace pourraient être apportés.

De l'influence de l'environnement artistique

Tout d’abord l’influence de l’environnement physique a été reconnu et étudié depuis longtemps. C’est en entourant les femmes de formes artistiques et belles que petit à petit les Grecs anciens ont crée la race exceptionnellement harmonieuse qu’ils furent.

Il existe de nombreux exemples particuliers de ce type. Il n’est pas rare de voir une femme qui ayant pendant sa grossesse longuement admiré un beau portrait ou une statue, donner naissance à un enfant ressemblant trait pour trait à ce portrait ou cette statue. J’ai moi même rencontré plusieurs de ces cas. Parmi eux, je me souviens très clairement de deux petites filles, elles étaient jumelles et d’une beauté parfaite. Mais le plus étonnant, était de voir à quel point, elles ressemblaient peu à leur parent. Elles me rappelaient un très célèbre tableau peint par l’artiste anglais Reynolds. Un jour, j’en fis la remarque à la mère qui s’exclama immédiatement : "  n’est ce pas ? Vous trouvez, vous aussi ? " Vous serez intéressé de savoir que pendant que j’attendais ces enfants, était accroché au dessus de mon lit une très bonne reproduction de la peinture de Reynolds. Avant de me coucher et en me réveillant, mon dernier et mon premier regard était pour cette peinture. Et, au fond de mon cœur, j’avais cet espoir : " puissent mes enfants ressembler aux visages de cette peinture ".Vous voyez que j’ai très bien réussi. En vérité, elle pouvait être fière de son succès et son exemple est d’une grande utilité pour les autres femmes.

Faire éclater les limitations héréditaires

Mais si nous pouvons obtenir de tels résultats sur le plan physique où la matière est le moins plastique, combien plus sur le plan psychologique où l’influence de pensées et de la volonté a un grand pouvoir. Pourquoi accepter les limitations obscures de l’hérédité et de l’atavisme - qui ne sont rien d’autre que des préférences inconscientes de nos propres tendances personnelles, - alors que nous pouvons par la concentration et la volonté appeler dans l’être un modèle construit selon l’idéal le plus élevé que nous pouvons concevoir. Par cet effort la maternité devient vraiment précieuse et sacrée ; alors de cette manière, nous entrons dans le travail glorieux de l’Esprit et la femme s’élève au dessus de l’animalité et de ses instincts ordinaires, vers une humanité réelle et puissante.

Notre vrai devoir repose dans cet effort et cette tentative. Et, si cela a toujours été de la plus haute importance, c’est devenu certainement capital dans l’évolution actuelle de la terre.

 L’éducation d’un être humain devrait commencer à la naissance et se poursuivre tout au long de sa vie.

En réalité, si nous voulons que cette éducation donne le maximum de résultats, elle devrait même commencer avant la naissance ; dans ce cas, c’est la mère, elle-même qui agit sur cette éducation par une double action : d’abord sur elle même, en s’améliorant et ensuite sur l’enfant qu‘elle forme physiquement. Car, il est certain que la nature du futur enfant dépend beaucoup de la mère qui le porte, de ses aspirations et de sa volonté, ainsi que de l’environnement matériel dans lequel elle vit. Veiller à ce que ses pensées soient toujours belles et pures, ses sentiments toujours nobles et raffinés, son environnement matériel aussi harmonieux que possible et plein d’une grande simplicité - c’est la part d’éducation qui revient à la mère. Et, si elle a eu en plus la volonté consciente et bien déterminée de former son enfant selon l’idéal le plus élevé qu ‘elle peut concevoir, alors les meilleurs conditions seront réalisées pour que l’enfant puisse venir au monde avec ses potentialités optimales. Combien d’efforts difficiles et de complications inutiles pourraient être ainsi évitées.

  

 MIRA ALFASSA ou "MERE"  traduction J.O§ C.C

 

 

 

 

 

 

Publié dans sciences humaines

Commenter cet article